Les référentsdu monde imaginaire

 

Espèces végétariennes cellulaires, plantes plus ou moins probables, étranges créatures, arbres géants, montagnes et volcans : tels sont les référents possibles de mon travail. Prolifération rapide de formes, leur foisonnement, leur joyeuse exubérance les minent en même temps de l’intérieur – Leurs enchevêtrements risqués, leurs assemblages téméraires sont d’incessantes atteintes aux lois de l’équilibre.

 

Les couleurs chaleureuses, vives ainsi organisées, cernées de traits noirs provoquent d’une manière inéluctable des contrastes et des accords d’abord minimes, partiels mais contagieux et bientôt généralisés nous laissant à la fin en présence d’un nouveau champ d’harmonie prêt pour une nouvelle aventure « fantasmagorique »